PÉRIGUEUX CANOË-KAYAK

sport et expérience nature


< | >

ALIMENTATION DU SPORTIF CONFINE

Publié le 03 mai 2020 par

L'alimentation des sportifs en confinement, les conseils du nutritionniste du Standard par Damien Pauquet, nutritionniste du Standard de Liège

ALIMENTATION DU SPORTIF CONFINE

Publié le jeudi 02 avril 2020 à 16h52

En cette période de confinement, toutes les compétions sportives sont bien sûr à l’arrêt. La suppression ou le report des épreuves ne doit évidemment pas empêcher les sportifs de haut niveau de continuer à s’entraîner, de manière individuelle, afin de conserver leur condition physique. Des sportifs qui doivent également gérer leur alimentation au quotidien. Pour Damien Pauquet, nutritionniste du Standard de Liège, il est nécessaire de respecter certains conseils afin d’éviter la prise de poids, le relâchement musculaire et le risque de blessures lors de la reprise des entraînements intensifs.

Damien Pauquet, ce confinement est évidemment très contraignant pour les sportifs de haut-niveau qui doivent gérer leurs entraînements mais aussi et surtout leur alimentation ?

" Tout à fait, on peut dire que les sportifs sont vraiment mal embarqués pour l’instant. Tous leurs objectifs tombent à l’eau. Il n’y a plus vraiment d’échéances à court et moyen terme et plus de matches à préparer. Clairement, la motivation n’est plus au rendez-vous mais l’autre problème, lié au confinement, concerne évidemment la nutrition. Contraints à l’inactivité, les sportifs sont tentés de grignoter à n’importe quel moment de la journée sans pour autant parvenir à éliminer les calories comme ils le font en temps normal quand ils s’entraînent intensivement. On pense ici au chocolat, aux sucreries ou à l’alcool. Sans repères ni horaires fixes, ils peuvent aussi manger de façon décalée, en sautant des repas. Cela devient alors anarchique et déstructuré. La crainte, c’est évidemment de prendre du poids durant ce confinement ".

Une perte de poids qui pourrait également s’accompagner d’un relâchement musculaire chez ces sportifs ?

" C’est exactement ça. Le rapport poids-puissance, qui est la clé du degré de performance chez les athlètes, risque d’être impacté. C’est-à-dire, une fonte musculaire, couplée à une prise de gras. Cela pourrait avoir des effets sur la récupération mais aussi sur le risque de blessures. Le sportif devra donc absolument passer par une phase de réathlétisation après cette fonte musculaire ".

Alors, quels sont les conseils à suivre en matière de nutrition ?

" Je dirai que la première chose est de respecter le rythme de trois repas par jour. Il faut absolument éviter de sauter un repas même si on a moins d’appétit ou si on se lève plus tard. Peu importe, il faut manger le matin, le midi et le soir. Ensuite, il faut surtout veiller à une augmentation des apports en protéines. Des protéines végétales et animales. Je pense ici au poulet, aux œufs et au poisson mais aussi aux légumineuses qui constituent une famille très intéressante pour les sportifs. C’est le cas notamment des haricots, lentilles et pois chiches. Donc, il faut préserver sa masse musculaire grâce à un bon apport en protéines et forcément, essayer de rester actif avec un peu de cardio, des étirements et une musculation douce. En tout cas, il faut entretenir son muscle, en plus de le nourrir ".

Sans une alimentation saine, la prise de poids et la fonte musculaire pourraient donc entraîner une diminution des performances sportives ?

" Clairement, c’est exactement ça. Le gros danger serait de redémarrer la saison ou un championnat en cours en ayant perdu une partie de sa condition physique. On va dire sur le plan cardiovasculaire, c’est-à-dire son endurance de base. Mais aussi d’avoir perdu en vitesse, en puissance et en explosivité de par cette fonte musculaire. C’est clair que non seulement, on aura perdu son niveau. Il va falloir travailler d’arrache-pied pour le retrouver mais, comme je l’ai dit auparavant, l’autre grand danger concerne surtout les blessures comme les tendinopathies, les claquages et autres problèmes musculaires. Donc, en gros, c’est de vouloir reprendre trop vite l’activité physique pour essayer de rattraper le temps perdu et ainsi de se blesser ".

Il y aura donc, inévitablement, une période, intermédiaire, de réadaptation ?

" Je pense en effet qu’il faudra encore deux, voire trois semaines avant de pouvoir reprendre les entraînements. Je parle ici des sportifs de haut-niveau, qui s’entraînent une ou deux fois par jour. Avant de renouer avec la compétition (à condition qu’elle reprenne…), il faudra en tout cas s’entraîner sérieusement et de façon progressive pendant au moins trois semaines, sous peine de voir le nombre de blessures se multiplier ".

Malgré cette situation, un sportif aguerri, qui respecte les consignes, pourrait retrouver rapidement son meilleur niveau ?

" Bien sûr, j’en suis même convaincu. En quinze jours ou trois semaines maxima, le niveau sera de retour parce qu’il n’y a quand même aucun sportif, en ce moment, qui est à l’arrêt complet. Que ce soit sur un vélo d’appartement, un tapis de course ou un petit footing, les sportifs continuent à s’entretenir. Cela ne devrait donc pas poser de problème même si dans certains sports, le danger sera peut-être d’enchaîner les compétitions et de brûler les étapes en voulant revenir trop vite. Il faut bien se dire qu'il y aura eu au total 6, 7 ou 8 semaines d’arrêt. On fait donc une pause et puis on redémarre mais, comme je l’ai déjà dit, sans vouloir rattraper le temps perdu, ça c’est sûr… ".

Partager sur

Document associé

  1. pdf

    Conseils alimentaires

    Télécharger le document